Cécité au Maroc

Selon l’OMS, la Cataracte est la première cause de cécité au Maroc

Le défi du Maroc : Afin de lutter efficacement contre la cécité réversible due à la cataracte, 3 000 opérations de la cataracte par million d’habitants devraient être effectuées. Le Maroc compte une population de 30 millions d’habitants, celà fait un total de 90 000 cataractes à opérer chaque année.

En réalité, les chiffres officiels démontrent que seulement 45 435 cas atteints de cette maladie oculaire sont opérés (secteur public et privé confondus).

45 000 cas sont en attente d’un acte thérapeutique chirurgical.

Indépendamment, d’avantage de chirurgie doit aller de pair avec d’avantage de qualité pour permettre un impact réel sur la population opérée et lui permettre une réinsertion sociale rapide.

La prise en charge

Le problème de la prise en charge des malades pose un sérieux problème de santé publique au Maroc.
En effet, une opération de chirurgie pour le traitement de la cataracte par la nouvelle technique de chirurgie (phacoemulsification avec micro incision et implant pliable) coûte environ 10.000 dhs (1000 €), soit (5.000 dhs de frais cliniques : salle d’opération, matériel de chirurgie et pack de traitement avec implant intraoculaire pliable et 5.000 dhs en honoraires chirurgien, anésthésiste et personnel infirmier paramédical). Un prix qui n’est pas à la portée de toutes les bourses.

Si depuis 2005, le roi Mohamed VI a lancé l’INDH (Initiative Nationale du Développement Humain), le besoin d’infrastructures, de dispensaires, d’accessibilité aux soins, d’éducation à la santé (prévention, dépistage…) reste encore une réalité. Consulter un médecin, se soigner, se faire opérer coûte cher, trop cher.

Dans les régions du Sud Marocain, de l’Atlas ou du Rif, la population survit grâce au travail de la terre, de l’artisanat, de l’élevage. Nombreux sont ceux qui, atteints de cataracte ou autres pathologies oculaires sont exclus de la société.